Première exécution capitale depuis l’entrée en fonction de Tsai Ing-wen

119
Le vice-ministre de la justice, Chen Ming-tang (陳明堂). Image CNA

Pour la première fois depuis l’accession au pouvoir de la présidente Tsai Ing-wen en 2016, la peine de mort vient d’être appliquée aujourd’hui à Taiwan. La sentence concerne un homme dénommé Lee Hong-ji (李宏基) qui, en 2014, avait tué son ex-femme à coups de couteau et a tué l’une de ses filles.

Le ministre de la justice, Tsai Ching-hsiang (蔡清祥), arrivé en fonction il y a six semaines environ, a signé le premier ordre d’exécution du gouvernement de Tsai Ing-wen.

La scène s’était déroulée en avril 2014, devant une école maternelle. Lee Hong-ji tue son ex-femme à coups de couteau, puis enlève l’une des deux filles qu’il a eues avec elle, âgée de six ans. Il tente plus tard de se suicider en même temps que sa fille en s’enfermant dans sa voiture pour s’asphyxier avec les gazs d’échappement. L’homme et la petite fille sont découverts inconscients et emmenés à l’hôpital. Le coupable est sauvé mais la fillette succombera deux mois plus tard à cette épreuve.

L’homme avait été condamné en première instance par le tribunal de Kaohsiung à 15 ans de prison pour le meurtre de son ex-femme et à la perpétuité pour avoir causé la mort de la fillette. En seconde instance toutefois, la haute cour de justice de Kaohsiung l’avait condamné à la peine de mort pour avoir pris la vie d’une femme. La sentence était tombée le 28 décembre 2016 et a été exécutée aujourd’hui.

Le vice-ministre de la justice, Chen Ming-tang (陳明堂), a expliqué aujourd’hui lors d’une conférence de presse la nécessité de procéder à des exécutions pour maintenir la paix sociale et rendre la justice crédible. Chen Ming-tang : « Je veux ici apporter quelques précisions pour que la population taiwanaise ne se fasse pas de fausses idées. On pense parfois que tuer quelqu’un n’est pas passible de la peine capitale, que la peine de mort ne sera jamais appliquée : cela est totalement faux. Selon le système légal en vigueur dans notre pays, la peine capitale peut être appliquée. J’espère que tout le monde respectera la vie de son prochain comme sa propre vie, afin que l’ordre social et la stabilité nationale soient préservées. »

Le palais présidentiel et le premier ministre taiwanais ont dit respecter cette décision de justice.