La diplomatie paye les frais de l’exécution de la peine capitale par le ministère de la justice

37
(Photo Wikimedia Commons)

Vendredi dernier, le ministère de la justice a exécuté un condamné à mort réappliquant cette sentence suspendue depuis mai 2016. Cette exécution a suscité des réactions immédiates de la part de l’Europe, de l’Allemagne ou encore du Canada. La représentation allemande à Taiwan n’a d’ailleurs pas hésité à associer cette exécution aux raisons électrorale et politique. Aujourd’hui, lors d’une conférence de presse régulière, les journalistes ont interrogé la diplomatie sur les vives réactions de l’Europe en cherchant le lien éventuel avec la toute première réunion consultative sur les droits de l’Homme que l’Europe et Taiwan ont conjointement organisée en mars dernier. Chen Hsin-hsin (陳欣新), responsable adjointe du département des affaires européennes du ministère des affaires étrangères, a renié ce lien de cause à effet : « Notre réunion sur les droits de l’Homme se basait essentiellement sur l’explication de notre position. Nous communiquons sur les questions traitées à Taiwan et nos orientations politiques. Aucun engagement n’a été pris en la matière. » Le ministère des Affaires étrangères continue à partager la position du ministère de la Justice dans ce dossier et à communiquer avec tous les pays qui se préoccupent de la question.