Le ministère du travail souhaite interdire les dortoirs dans les usines

19
Incendie dans une usine de Taoyuan (image CNA)

Le ministère du Travail a annoncé hier qu’il envisageait de tenir des réunions interministérielles en vue de modifier le droit du travail pour rendre illégaux les dortoirs situés dans les usines et pénaliser les employeurs pour les décès ou les blessures d’employés en cas de mauvaises conditions d’hebergement.

En décembre de l’année dernière, six travailleurs vietnamiens avaient perdu la vie dans l’incendie de leur dortoir dans une usine de plastique à Taoyuan. En avril cette année, ce sont deux travailleurs migrants qui sont morts dans leur dortoir lors d’un incendie dans une usine de fabrication de circuits imprimés, également à Taoyuan. À la suite de ces décès, en mai et juin de cette année, les travailleurs étrangers (essentiellement en provenance d’Asie du Sud-est) ont organisé de grandes manifestations autour des problèmes de logement et de sécurité. Les employés souhaitent notamment que leurs dortoirs se situent à une distance suffisamment sûre des usines en cas d’accident ou d’incendie.

Actuellement, la législation autorise l’existence des dortoirs à proximité immédiate des usines. Dans les mois à venir, le ministère du travail va s’employer à modifier la loi pour rendre ces pratiques illégales. Par ailleurs, les patrons dont un employé décède sur son lieu de travail seront pénalisés et verront leur quota de travailleurs étrangers réduit de 5 cinq personnes, et d’une personne en cas de blessures.