Lancement du référendum sur l’indépendance, soutenu par d’anciens présidents

21

Les anciens présidents Lee Teng-hui (李登輝) et Chen Shui-bian (陳水扁) ont exprimé aujourd’hui leur soutien à une initiative d’un groupe pro-indépendance visant à organiser un référendum en avril 2019 sur l’indépendance de Taïwan.

Lee a déclaré qu’un référendum est « l’arme la plus puissante » avec laquelle le peuple de Taiwan peut faire de Taiwan un pays normal avec pour nom officiel « Taiwan » avec une nouvelle constitution. Il a ajouté que le pays pourrait aussi demander à rejoindre des organisations internationales et se présenter dans le monde sous le nom de Taiwan.

L’ancien président Chen Shui-bian, qui est en liberté conditionnelle pour raisons médicales après avoir été condamné à 20 ans de prison pour corruption, a déclaré à l’aide d’une vidéo que Taiwan devait exercer son droit à l’autodétermination pour déterminer l’avenir du pays, y compris le nom de la nation, sa participation à l’Organisation des Nations Unies, et une déclaration d’indépendance.

Etaient également présent à la conférence de presse organisée autour de ce futur référendum l’ancienne vice-présidente Annette Lu (呂秀蓮), le président du New Power Party (NPP) Huang Kuo-chang (黃國昌), la déléguée du Parti social-démocrate Fan Yun (范雲) et de nombreux dirigeants de groupes pro-indépendance.

La date du 6 avril 2019 pour le référendum a été choisie pour marquer le 30ème anniversaire de la mort de Cheng Nan-jung (鄭南榕), un défenseur de la démocratie et de l’indépendance de Taiwan qui s’est immolé par le feu le 7 avril 1989 pour défendre une liberté d’expression totale.

Néanmoins la tenue d’un tel référendum sera confrontée à un obstacle majeur. Bien que la loi référendaire de Taiwan ait été amendée en décembre 2017 pour permettre des seuils plus bas pour l’introduction et l’adoption de questions référendaires, les questions liées aux problèmes constitutionnels, y compris les questions de souveraineté, ne peuvent toujours pas être décidées par référendum.