Le parlement souhaite renforcer les lois qui protègent les enfants

18
(image Pixabay)

Les législateurs taiwanais ont déclaré qu’ils envisageaient de modifier les lois à la suite d’une série d’affaires récentes impliquant des sévices physiques et psychologiques à l’encontre des enfants.

Le but de la modification de la législation serait de permettre d’imposer des peines plus lourdes pour la maltraitance des enfants.

En vertu du projet d’amendement, la peine pour sévices infligés à un mineur de moins de 16 ans entraînant une altération de sa santé physique ou mentale ou son développement sera d’au moins six mois et jusqu’à cinq ans d’emprisonnement. Le maximum ne pourra toutefois pas dépasser cinq ans de prison.

En cas de sévices graves causés à un mineur à la suite d’abus, la peine sera de cinq à douze ans d’emprisonnement. Si un enfant décède des suites de l’abus, l’auteur sera passible d’une peine d’emprisonnement de 10 ans à perpétuité,

À l’heure actuelle, les auteurs d’abus commis sur des enfants sont souvent jugés pour des blessures ayant entraîné la mort plutôt que pour un homicide.

Selon le ministère de la Santé et du Bien-être social, ce sont plus de 54 000 cas de maltraitance d’enfants qui ont été enregistrés en 2016 et plus de 59 000 en 2017.