La Banque nationale taiwanaise des yeux change la donne

20
(Image : Pixnio)

Par le passé, les dons d’organes et de cornées à Taiwan n’étaient pas suffisants pour satisfaire la demande nationale, 60% des greffes de cornées étaient réalisées avec des dons étrangers. La durée du transport, les variations de température ou les secousses influencent directement la qualité et le succès des greffes. De plus, le coût des greffes de cornées transportées depuis l’étranger était très élevé : entre 50 000 et 100 000 dollars taiwanais (soit entre 1400 et 2800 euros), rendant l’accès à l’opération difficile pour les petits budgets.

C’est pourquoi en 2013, le ministère de la Santé a alloué un fonds spécial pour l’établissement de la Banque nationale des yeux de Taiwan (臺灣國家眼庫). Cette structure a été confiée à l’équipe de recherche en ophtalmologie de l’hôpital de l’Université nationale de Taiwan, sous la direction de la professeur Hu Fung-rong (胡芳蓉).  Son équipe est chargée d’établir des standards de procédures de don afin de contrôler, notamment, la qualité des dons de cornée et d’inciter les dons. La professeur Hou Fung-rong a particulièrement insisté sur la méthode d’extraction de la cornée et sur la culture microbiologique, qui doit être réalisée immédiatement après l’extraction afin de garantir la qualité des cornées. Des personnes atteintes de la bactériémie interdites de faire don de leurs cornées jusqu’à présent dans le monde peuvent désormais le faire. Les accomplissements de l’équipe viennent d’être publiés dans le British Journal of Opthalmology.

« Aussi longtemps que le travail de désinfection, le cadre de prélèvement et de greffe, la microbiologie sera sous contrôle, la densité des cellules endothéliales, le risque de contamniation, le taux de réussite des greffe des cornées des patients atteints de la bactériémie sont tous identiques aux celles des personnes non atteintes de la maladie. Nous sommes pour l’instant le premier du monde à prouver de manière rigoureuse et comparative la sécurité et la qualité des greffes à partie des cornées des patients touchés par la bactériémie. C’est une manière de respecter les patients souffrants de la bactériémie »

Grâce au travail de l’équipe de Hu Fung-rong, les greffes de cornée réalisée à Taiwan proviennent désormais dans près de 80% des cas de donneurs taiwanais, et les personnes de moins de 65 ans ne sont plus prioritaires pour recevoir une greffe.