Dernier rapport de RSF: entretien avec Cédric Alviani

104
Nouvel ordre mondial selon la Chine (image rapport de RSF)

Écouter

Reporters sans frontières a publié lundi 25 mars son rapport intitulé « Le nouvel ordre mondial des médias selon la Chine » qui dévoile la stratégie de Pékin lancée dès 2008 pour contrôler l’information hors de ses frontières.
Nous vous proposons aujourd’hui un entretien avec le Directeur du bureau Asie de l’Est de RSF, Cédric Alviani, sur les objectifs de ce rapport et autour de la situation des médias et de la liberté de la presse dans le monde et à Taiwan.

Un nouvel ordre mondial: les médias sous le giron de Pékin

Ce nouvel ordre mondial des médias voulu par la Chine est né de « l’humiliation essuyée par la Chine lors des JO d’été de 2008. Pékin rêvait d’une tribune pour mettre en avant son économie, ses infrastructures… mais ça a aussi été une formidable tribune pour les défenseurs des droits de l’Homme et Pékin a mal vécu cette perte de face. »

De là, la Chine a investi massivement dans les médias étrangers pour tenter -et au final réussir- à contrôler l’image donnée de la Chine, sans oublier le volet de la diffusion des messages et propagandes voulues par Pékin dans le monde. L’investissement colossal de la Chine pour arriver à ses fins se chiffre « à plus de 10 milliards de dollars américains par an, c’est l’équivalent du double du budget alloué par les Etats-Unis pour la promotion des Etats-Unis dans le monde. »

Objectifs et réponses: alerter les démocraties et encourager la société civile

« La présentation de ce rapport vise à motiver les citoyens des différentes démocraties dans le monde à s’intéresser à la fois aux questions mais aussi aux solutions possibles pour empêcher la Chine de faire main basse sur les médias dans le monde. »

Concernant les campagnes récurrentes de désinformation de la Chine visant plus particulièrement Taiwan, Cédric Alviani a insisté sur l’importance de se protéger en alertant les autorités « de ne pas tomber dans le piège de Pékin qui serait de faire de la coercition et de céder à une politique répressive. »

Retrouvez l’intégralité de notre entretien avec Cédric Alviani en écoutant notre reportage. (cliquer sur le player en début d’article)