A Hawaï, la présidente Tsai Ing-wen accuse Pékin de vouloir changer le statu quo

33
Tsai Ing-wen en visite à Nauru le 25 mars 2019 (Image : CNA)

Hier heure locale, la présidente taiwanaise Tsai Ing-wen a effectué une escale sur l’île américaine de Hawaï, sur le chemin de retour de son voyage de 8 jours dans le Pacifique. Lors d’une vidéoconférence avec la Heritage Foundation, elle a réaffirmé l’engagement taiwanais pour la démocratie, le développement régional et la sécurité collective dans la région Asie-Pacifique.

Officiellement en campagne électorale depuis la semaine dernière en vue des présidentielles de 2020, elle a aussi défendu le bilan provisoire de la « nouvelle politique vers le sud », une des politiques phares du gouvernement, et mise en place il y a trois ans de cela.

La présidente s’est également félicitée des efforts mis en œuvre pour maintenir l’équilibre dans les relations interdétroit : « Alors que nous faisons montre de bonne volonté, la Chine ne cesse de chercher à modifier le statu quo et à détruire le système démocratique taiwanais. Elle accroit ainsi les tensions militaires et restreignant la marge de manœuvre de Taiwan sur la scène internationale, mettant les Taiwanais dans l’incapacité de faire confiance à Pékin, et créant par ailleurs des défis supplémentaires pour le futur des relations interdétroit. L’attitude chinoise oblige Taiwan à renforcer sa capacité de défense et de dissuasion. »

Répondant à une question de la Heritage Foundation sur « un pays, deux système » appliqué à Hong Kong, Tsai Ing-wen a déclaré que le soi-disant « consensus de 1992 » était déjà devenu l’équivalent de « un pays, deux systèmes », et que cette dernière expression ne reviendrait bientôt plus qu’à « un pays », avec un seul système.