Taiwan renforce sa protection des enfants par le biais législatif

17
(Image Pixabay)

A l’approche de la fête des enfants, le 4 avril, le Parlement a amendé en troisième lecture la loi sur la protection des enfants et des adolescents dans le but de renforcer la défense des enfants. L’amendement concerne six principaux points à savoir « la vidéo-surveillance par caméra des garderies », la « mise en place d’un système informatique sur les enseignants et les nourrices à risque », une « protection particulière envers les enfants de moins de six ans à haut risque », une « intervention forcée des policiers pour assister les visites en famille », une « analyse rétroactive des causes de décès des enfants de moins de six ans » et la « protection de l’identité des personnes dénonçant les cas de violences ».

La position des députés est d’intervenir avant qu’un malheur ne se produise comme l’a indiqué Lee Li-Feng (李麗芬), députée du DPP : « Dès que les travailleurs sociaux pressentent un danger immédiat ou un danger éventuel sur la vie, le physique ou la liberté des enfants et des adolescents, ils peuvent immédiatement demander l’intervention de la police. Cela permet aux travailleurs sociaux de se concentrer sur le dossier des enfants puisque l’enquête sur l’éventuelle violence revient aux forces de l’ordre. Si les travailleurs sociaux découvrent la disparition d’un enfant et que ce dernier n’est pas retrouvé par la police, les personnes suspectées peuvent être envoyées à la police. Notre objectif est de faire intervenir le pouvoir public pour éviter davantage de malheurs. » Les députés envisagent par la suite d’amender le code Pénal afin d’alourdir les peines sur l’abus des enfants.