La loi sur les archives politiques n’est pas une chasse aux sorcières

12
Chen Mei-ling, présidente de la commission pour le développement national (photo : CNA)

La commission parlementaire de la justice a débuté aujourd’hui l’examen du projet de loi sur les archives politiques qui vise à transférer à l’autorité de la justice les documents concernant plusieurs dossiers datant d’août 1945 à novembre 1992.

Si la version du gouvernement est sensiblement similaire à celle proposée par les députés du DPP et du New Power Party, les députés de l’opposition dénoncent une politique qui selon eux vise à nuire à leur parti, le Kuomintang, sous couvert d’équité et de justice.

En réponse, la présidente de la commission ministérielle pour le développement national Chen Mei-ling (陳美伶) a souligné que la vérité historique est le seul objectif de ce projet de loi et que la loi sur les archives politiques ne doit pas se limiter aux missions temporaires de la commission pour la justice transitionnelle.
Il est nécessaire de les classer dans les archives nationales pour les conserver durablement : « Pour restaurer la vérité historique, les archives doivent exister à jamais. C’est en ce sens que nous proposons une loi sur les archives politiques comme une loi spéciale de la loi sur les archives, sans autre objectif que ce souhait de rétablir la vérité de l’histoire. Cette loi n’a pas de cible spécifique. Notre but principal est de conserver toutes les facettes de l’histoire. Les questions de certains députés relèvent plutôt de l’ordre des réglementations sur la justice transitionnelle qui n’a aucun lien avec l’application future de la loi sur les partis politiques. »

Chen Mei-ling s’est également voulue rassurante en précisant que ce projet de loi ne conférera à la commission du développement national aucune autorité de perquisition et transfert au sein des partis politiques.