Taipei réagit à la traversée du détroit de Taiwan par la frégate française Vendémiaire

104
Frégate Vendémiaire (image Reuters)

Deux responsables américains ont divulgué à l’agence de presse Reuters le passage de la frégate française Vendémiaire dans le détroit de Taiwan le 6 avril dernier. L’agence a révélé l’information hier (mercredi 24 avril), soit près de trois semaines après, précisant que Pékin avait par la suite annulé l’invitation envoyée à la France à participer à une cérémonie organisée à l’occasion des 70 ans de la création de la marine chinoise.

Le porte-parole du ministère de la Défense, Chen Chung-ji (陳中吉), s’est montré avare de commentaires, se bornant à assurer le contrôle de la situation par l’armée :

« Notre pays est situé entre la mer et l’océan, avec beaucoup de voies de navigation très fréquentées. Des navires étrangers, militaires ou commerciaux, y passent donc régulièrement. Le devoir de l’armée nationale est de se référer à son système unifié d’information, de surveillance ou de renseignement et de maintenir un degré de vigilance élevé afin de garder le contrôle de tout incident d’origine extérieure. Tout cela en gardant, bien entendu, une attitude courageuse mais dénuée de provocation. »

La présidente Tsai Ing-wen (蔡英文) a quant à elle souligné le fait que le détroit de Taiwan est partiellement composé d’eaux internationales : « Le détroit de Taiwan est en réalité composé d’eaux internationales. Nous maîtrisons la situation de manière complète et précise concernant le passage de navires militaires et civils de n’importe quel type dans le détroit. »

Le porte-parole de l’état-major des armées françaises Patrik Steiger ayant décliné toute demande de commentaires, le but de la manœuvre reste inconnu. La France étant un allié des Etats-Unis, une telle traversée pourrait cependant s’inscrire dans une volonté de réaffirmer la liberté de navigation face à une Chine de plus en plus expansionniste.