Les Etats-Unis classent les produits de pêche taiwanais comme issus du travail forcé

  • 02-10-2020
  • La Rédaction
Pêche taiwanaise en haute mer (Photo Greenpeace)

Les Etats-Unis ont publié le 30 septembre leur dernière liste des produits fabriqués par les enfants ou issus du travail forcé. Les produits de pêche en haute mer provenant des navires battant pavillon taiwanais sont inclus à cette liste.

Le bureau de la pêche dépendant de la commission ministérielle de l’agriculture est intervenu aujourd’hui en précisant que dans le cadre de la loi sur la protection des victimes du trafic d’êtres humains, les Etats-Unis demandent à leur département du Travail de réaliser cette liste qui est publiée sur une base biennale.

Selon le bureau de la pêche, la pêche en haute mer taiwanaise est incluse à la liste 2020 des Etats-Unis à la suite des plaintes des ONG sur les droits de l’homme et sur l’environnement. Le bureau de la pêche a précisé avoir communiqué avec les Etats-Unis par le biais diplomatique sur les mesures d’amélioration envisagées sans que cela n’ait porté de fruit. Lin Kuo-ping (林國平), directeur adjoint du bureau de la pêche, a indiqué que ce classement n’a pas un impact direct sur l’exportation des produits, mais que cela nuira largement à l’image des produits taiwanais : « L’objectif de cette liste n’est pas d’appliquer des sanctions ou interdire l’importation des produits. La liste est établie afin de sensibiliser les citoyens sur la question des travailleurs mineurs et du travail forcé. Par conséquent, cette liste n’influence pas directement l’exportation des produits de pêche en haute mer de Taiwan aux Etats-Unis pour l’instant. Bien entendu, le fait de figurer sur une telle liste, fait que les consommateurs ou ceux qui achètent des produits de pêche seront avertis. »

Le bureau de la pêche a précisé que Taiwan a amélioré les conditions de travail des pêcheurs étrangers conformément à ses réglementations sur le recrutement des pêcheurs non Taiwanais. Selon le bureau, Taiwan se réfère d’ailleurs à la convention onusienne sur la pêche en incluant les heures de travail dans les normes à respecter. Le pays a également renforcé son contrôle et ses inspections concernant les conditions de travail, le salaire et les assurances des pêcheurs. Le bureau de la pêche appelle de nouveau les propriétaires des chalutiers à prendre en charge les pêcheurs étrangers et souhaite que les produits taiwanais puissent être retirés de la prochaine liste qui doit être publiée dans deux ans.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus