Affaire Lee Meng-chu : nouveaux aveux obtenus par la Chine après plus d’un an de détention

  • 12-10-2020
  • La Rédaction
Extrait vidéo des aveux de Lee Meng-chu (Capture CCTV 13)

Il y a un an et un mois jour pour jour, la Chine confirmait la détention du Taiwanais conseiller municipal de la commune de Fangliao, Lee Meng-chu (李孟居). Le conseiller de la petite commune du comté de Pingtung avait disparu le 20 août 2019 alors qu’il venait de prendre des photos des forces armées chinoises à la frontière hongkongaise. Le 11 septembre suivant les officiels chinois confirmaient sa détention pour des activités nuisant à la sécurité nationale.

Malgré les tentatives ininterrompues de négociations, les autorités taiwanaises sont parvenues à peu d’avancées depuis la mise en détention de Lee Meng-chu en Chine. Ce n’est qu’un an et 1 mois plus tard, que la chaine CCTV 13 a diffusé hier soir un reportage mettant en scène, pendant 14 minutes, la double identité présumée d’homme d’affaire et d’espion soutenant l’indépendance de Taiwan du personnage appuyé par sa confession. Le détenu apparait sur la vidéo avec les traits marqués et la tête rasée et accuse avoir été trompé par le maire actuel de Fangliao Chen Ya-lin (陳亞麟) présenté non comme un maire mais comme un responsable de l’association de promotion de la participation de Taiwan aux Nations Unies (TAIUNA).

A Taiwan, le vice-président William Lai (賴清德), a réagi ce matin à la vidéo dénonçant une mise en scène grottesque : « Les tentatives verbales et militaires d’intimidation n’ont pas d’effet sur la population taiwanaise, la Chine ne doit pas croire naïvement que ce genre de mise en scène grotesque ait un effet sur le peuple taiwanais. »

Les accusations d’activités d’espionnage professionnel et d’atteinte à la sécurité nationale contre Lee Meng-chu sont retenues principalement en liaison avec les clichés et vidéos prises aux abords du stade de Shenzhen de soldats et de camions de l’armée chinoise préparant des manoeuvres militaires. Selon les commentaires de la police chinoise dans la vidéo de CCTV, toutes personnes exerçants des activités similaires à celles de Lee Meng-chu peuvent être jugées conformément à la récente loi sur la sécurité nationale hongkongaise, elles risquent entre 3 années de prison et la perpétuité.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus