La vente des actions de la CPC au Tchad, un dossier à clarifier

  • 28-11-2020
  • La Rédaction
CPC Taiwan au Tchad (Photo : CPC Taiwan)

La compagnie nationale pétrolière, Chinese Petroleum Taiwan (CPC, Taiwan) se prépare à fêter l’arrivée à Taiwan de ses premiers barils de pétrole exploité au Tchad, un arrivée prévue pour début décembre. Mais, il s’avère que les actions des blocs pétroliers au Tchad auraient été vendues à des parts non autorisées à une entreprise chinoise. Face aux questions des députés, la ministre de l’économie Wang Mei-hua s’est engagée à clarifier le dossier en une semaine et présenter un rapport écrit à la commission parlementaire de l’économie dans un mois.

Contexte 

Avant l’alternance politique en 2016, la CPC Taiwan a vendu la moitié de ses 70% des parts des blocs pétroliers au Tchad à Hainan Huaxin International Holding Co, une entreprise en lien avec l’armée de Libération. Cela signifie que CPC Taiwan, Huaxin et le gouvernement tchadien détiennent respectivement 35%, 35% et 30% des parts de ces blocs pétroliers alors que la limite autorisée de cette vente par la CPC était plafonnée à 33% maximum. Le moment et l’importance de cette vente des actions de CPC à une entreprise chinoise ont provoqué l’inquiétude des députés concernant la sécurité nationale et le droit de l’opération de la CPC dans ces blocs pétroliers.

Ou Jia-ruey  (歐嘉瑞Jerry Ou), le PDG de la CPC Taiwan a indiqué qu’avant la réalisation de cette vente, la compagnie était entrée en contact avec dix sociétés internationales et que seule Huaxin a accepté les conditions de CPC. C’est-à-dire que Huaxin consent à ce que la CPC Taiwan reste l’opérateur des blocs mais en contrepartie, la CPC cède 35% de ses parts. Mais ni Ou Jia-ruey ni Lee Shun-chin (李順欽), le directeur de la CPC Taiwan interrogés par les députés répondent savoir qui a décidé une telle vente ni pourquoi elle a dépassé la limite autorisée du fait qu’ils n’étaient pas encore à leur position actuelle en 2016.

Risque de perte de droits d’opérateurs ?

Etant donné que la CPC Taiwan et Hainan Huaxin International Holding Co. détiennent à part égale des actions des blocs pétroliers au Tchad et que le Tchad maintient des relations officielles avec la Chine, si les deux parties coopèrent dans ce dossier, la CPC risquerait de perdre son droit d’opérateur.

Face aux inquiétudes formulées par les députés, la CPC Taiwan déclare avoir trois contrats pour s’assurer ses droits d’opérateur : son contrat signé avec le gouvernement tchadien sur les blocs pétroliers, son contrat sur la transaction des parts acté avec Huaxin et celui signé entre l’entreprise chinoise et le Tchad. Selon la CPC Taiwan, ces trois contrats citent la CPC Taiwan comme opérateur.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus