Dossier Shih Mu-chin : Un scandale qui implique 40 officiers de justice

  • 19-01-2021
  • La Rédaction
Shih Mu-chin (石木欽) (Photo d'archives de CNA)

Le 13 septembre 2019, un dossier de violation de l’éthique des juges a été dévoilé provoquant la démission de Shih Mu-chin (石木欽) alors président de la Cour de justice disciplinaire des fonctionnaires (ancienne commission de discipline des fonctionnaires). Il aurait eu des relations proches avec le président du groupe Chai Her Industrial Co. Wend Mao-chung (翁茂鍾) impliqué dans un dossier de dettes de 9,4 millions de dollars américains envers BNP Paribas (alors Barclays) pendant qu’il présidait à la Haute Cour de justice dans les années 1990. Par l’intermédiaire de Shih Mu-chin, l’homme d’affaires aurait été introduit à plus de 200 juges, procureurs et agents de police à travers des banquets ou des visites personnelles.

 

A la suite de ce dossier de violation de l’éthique des juges, Shih Mu-chin a démissionné de son poste de président de la Cour de justice disciplinaire des fonctionnaires et la branche du contrôle avait exigé que les branches exécutive et judiciaire présentent un rapport d’enquête dans un délai de deux mois. Selon le rapport publié hier par le Yuan judiciaire, plus de 200 personnes seraient impliquées dans ce dossier et le rapport recommande des mesures et des sanctions disciplinaires contre 40 personnes, parmi lesquelles 20 juges et hauts fonctionnaires de la Cour suprême et de la Haute Cour ainsi que 20 procureurs et enquêteurs judiciaires qui se sont livrés à des activités illégales impliquant des pots-de-vin, des abus de pouvoir et des conflits d’intérêts.

 

Aujourd’hui, Chiu Hsien-chih (邱顯智), président du groupe parlementaire du New Power Party a exigé la publication d’un rapport complet sur le dossier et prévoit de bloquer les projets budgétaires des organismes relatifs afin que toutes les implications des juges, des procureurs, de la police ou d’autres officiers de la justice soient clarifiées. Chiu Hsien-chih a notamment critiqué le rapport publié : « En réalité, les normes éthiques des fonctionnaires sont extrêmement claires. Tout dossier impliquant une valeur de plus de 3000 dollars taïwanais (88 euros) ou un total de plus de 10 000 dollars taïwanais en un an est considéré comme  enfreinte aux normes éthiques des fonctionnaires. Ce que je veux dire, c’est qu’aujourd’hui pour la branche judiciaire le dossier d’un individu ne serait traité que s’il a reçu plus de 5 chemises, des cadeaux plus de trois fois ou s’il a participé à plus de 3 voire 5 banquets inappropriés. Dans ce cas-là, combien coûte une chemise ? Tous ces détails doivent être rendus publics. »

Le New Power Party exige la publication des noms et du niveau d’implication de l’ensemble des personnes concernées dans ce dossier.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus