:::

Nature : le gouvernement pousse les chasseurs à remplacer leurs pièges en métal pour du plastique

  • 12-04-2021
  • La Rédaction
Nature : le gouvernement pousse les chasseurs à remplacer leurs pièges en métal pour du plastique
Une chèvre coincée dans un

L’utilisation par les Taiwanais de « pièges à sangliers » pour la chasse dans les zones reculées et boisées de l’ile provoque souvent des prises d’animaux sauvages protégés et plus particulièrement des amputations des ours noirs formosans. Pourtant, la loi taiwanaise sur la protection des animaux interdit l’utilisation de pièges faits avec une matière métallique pour attraper les animaux ce qui est le cas des pièges à sangliers. Néanmoins, l’étendue des forêts et du territoire sur lequel ces pièges sont posés rend l’application de la loi difficile. La commission ministérielle de l’Agriculture a ainsi défendu une proposition de loi devant le Parlement ce lundi pour mettre en place une solution alternative des pièges en plastique permettant d’éviter que les animaux ne se blessent. Le gouvernement pourrait fournir gratuitement 2 000 pièces de ces appareils aux agriculteurs et aborigènes pour remplacer leurs pièges actuels. Le piège en métal traditionnel consiste en une bague en métal qui se resserre subitement dès qu’un membre d’un animal s’y insère et l’empêche de s’échapper alors que le fil de fer est coupant et blesse généralement l’animal au niveau de la saisie du membre capturé.

Depuis 2011, la commission ministérielle de l'Agriculture a interdit la fabrication et la vente de ces pièges à sangliers. Le gouvernement est donc venu au parlement faire la promotion d’un piège plus petit dans lequel les grands animaux ne peuvent pas entrer et remplaçant par la même occasion les pièges en métal et les faire disparaitre. Il reste la question environnementale de ces pièges s’ils sont laissés dans la forêt mais en général étant donné que ces pièges sont réutilisables, ils sont toujours récupérés par les personnes qui les posent. Les agriculteurs et aborigènes qui veulent s’en procurer peuvent le faire auprès des bureaux des affaires forestières locaux pour effectuer l’échange. 200 pièges ont déjà été remplacés à l’heure actuelle.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus