Taïwan rappelle à ses sociétés de ressources humaines l’interdiction de recrutement pour la Chine

  • 30-04-2021
  • La Rédaction
Taïwan rappelle à ses sociétés de ressources humaines l’interdiction de recrutement pour la Chine
Limiter la fuite des talents (source illustration : Flickr)

Le ministère du Travail a envoyé récemment un courrier aux sociétés de ressources humaines taïwanaises leur exigeant de pas publier d’annonces de recrutement ni à servir d’intermédiaire pour permettre aux Taïwanais de travailler en Chine.

Dans son courrier, le ministère a indiqué que la guerre scientifique sino-américaine représentait un blocage au développement du secteur chinois des semi-conducteurs, lequel s’engage activemment dans l’établissement d’une chaîne d’approvisionnement indépendante à travers le recrutement des talents et par l’infiltration. Les talents expérimentés taïwanais parlant la même langue sont des cibles prioritaires de la Chine.

Le ministère du Travail indique avoir tenu une réunion interministérielle sur le mécanisme de prévention de perte des talents et rappelle désormais aux sociétés de ressources humaines qu’il est interdit de procéder à des annonces de recrutement pour des offres d’emploi en Chine, conformément aux réglementations régissant les relations des populations des deux rives du détroit de Taïwan.

Chen Shih-chang (陳世昌), un responsable du ministère du Travail, a précisé qu’en vertu de ces réglementations, il était interdit de faire des annonces pour des offres d’emploi dont le lieu travail se trouve en Chine. La seule exception concerne les offres pour des entreprises taïwanaises établies légalement en Chine. Les réglementations interdisent également tout travail d’intermédiaire comme les banques de ressources humaines ou les « headhunters » visant à faciliter le recrutement des Taïwanais pour un travail en Chine.

Le ministère du Travail invite les sociétés des ressources humaines à retirer leurs offres relatives, faute de quoi, toute offre de ce type publiée sera sujette à des amendes allant de 100 000 à 500 000 dollars taïwanais (2900-14700 euros) tandis que le rôle d’intermédiare est passible d’une sanction de 1470 à 147 000 euros.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus