:::

Des militants des droits de l’homme appellent Taiwan à adopter une loi sur les réfugiés

  • 17-06-2021
  • La Rédaction
Des militants des droits de l’homme appellent Taiwan à adopter une loi sur les réfugiés
L’Association taiwanaise pour les droits de l’homme et Amnesty International ont appelé aujourd’hui, lors d’une conférence de presse conjointe, le gouvernement taiwanais a proposer un projet de loi sur les réfugiés (Image : diffusion en direct sur la page Facebook de la Taiwan Association for Human Rights)

L’Association taiwanaise pour les droits de l’homme et Amnesty International ont appelé aujourd’hui, lors d’une conférence de presse conjointe, le gouvernement taiwanais à proposer un projet de loi sur les réfugiés.

Un appel qui intervient quelques jours avant la Journée mondiale des réfugiés, qui a lieu chaque année le 20 juin, et alors que Taiwan ne dispose pas de loi garantissant le droit d’asile même si le gouvernement protège, dans les faits, les droits de certains immigrants et notamment de Hongkongais en étudiant les dossiers au cas par cas.

Mais l’Association taïwanaise pour les droits de l’homme estime que l’absence de loi exhaustive à Taiwan prive les réfugiés de leur dignité et de leur liberté. Le président de l’association Clarence Chou (周宇修) a précisé que près de 50 personnes originaires de 12 pays différents avaient fait une demande d’asile à Taïwan depuis 2013 mais qu’aucun d’eux n’avait « réellement » obtenu réponse à leur demande.

La secrétaire générale d'Amnesty Taiwan Chiu E-ling (邱伊翎) a ajouté que Taiwan n’avait alloué aucun budget pour répondre aux besoins des demandeurs d’asile et que ces derniers n’ont pas d’interlocuteur à qui s’adresser et doivent d’ailleurs, pour bon nombre d’entre eux, vivre et travailler illégalement à Taïwan en l’absence de papiers d’identité officiels.

Les deux groupes ont donc demandé au gouvernement de rédiger un projet de loi d’asile et d’amender la loi sur l’immigration pour y inclure une clause de non-refoulement. Notons que selon la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés, il est interdit d’expulser ou de refouler, « un réfugié sur les frontières des territoires où sa vie ou sa liberté serait menacée en raison de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques ». 

Une réforme essentielle, selon les groupes, pour s’assurer que les principes internationaux des droits de l’homme soient réellement appliqués à Taiwan.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus