:::

Début du tournage du film « Pour la France » à Taiwan

  • 13-12-2021
  • La Rédaction
Début du tournage du film « Pour la France » à Taiwan
Inauguration du tournage pour la France (photo studio Ma)

En juillet dernier, le deuxième long métrage du réalisateur Rachid Hami débutait au Maroc.

Après une seconde partie de tournage en France en octobre et novembre, la partie du tournage qui se déroule à Taiwan a été officiellement lancée ce dimanche.

Le scénario (vainqueur du Grand prix des Prix du Scénario 2020) se noue autour d’Aïssa Saïdi, un jeune officier de 23 ans d’origine algérienne. Lors d’un rituel d’intégration dans la prestigieuse école militaire française de Saint-Cyr, il perd la vie. Son grand frère Ismaël, le mouton noir de la famille, se retrouve à la pointe du combat pour l’organisation de ses funérailles. L’intrigue est issue d’un drame très personnel vécu par le réalisateur en 2012.

En ce qui concerne la partie taiwanaise du tournage, une partie de l’intrigue et de l’histoire serait liée au fait que dans la vie réelle, le jeune frère d’Hami avait étudié à l’université nationale de Taiwan et le film mettrait en scène une idylle entre Aïssa Saïdi et une jeune Taiwanaise. C’est l’actrice Vivian Sung (宋芸樺) dont le travail, uniquement en anglais, est très apprécié par le réalisateur qui fera le lien avec Taiwan.

Les deux acteurs principaux, Karim Leklou et Shaïn Boumedine, interprètent respectivement le grand frère Ismaël et le petit frère Aïssa. Les deux acteurs sont arrivés en avance à Taiwan pour s’imprégner de la culture locale. Le réalisateur a indiqué que Karim Leklou trouvait la combinaison entre les éléments traditionnels et modernes des rues de Taipei très « cinématiques » et doit encore essayer beaucoup de spécialités locales dont il ne peut pas profiter car il doit préserver sa ligne pour son rôle, ce qui n’est pas le cas du jeune acteur Shaïn Boumedine qui lui était aux anges avec les plats taiwanais et impressionné par l’hospitalité et la gentillesse des Taiwanais.

La production de ce film a été confiée à Nicolas Mauvernay pour Mizar Films avec le soutien de France 2, Canal+ et OCS mais est aussi financé en partie par l’agence taiwnaise du contenu créatif (TAICCA, Taiwan Creative Content Agency) dans le cadre du « Taiwan International Co-Financing Program ». Hami a remercié le ministère de la Culture, la TAICCA et la Taipei Film Authority pour leur aide à la production.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus