:::

Cas local du laboratoire P3 : cinq fautes de sécurité

  • 13-12-2021
  • La Rédaction
Cas local du laboratoire P3 : cinq fautes de sécurité
James Liao, président de l'Academia Sinica, entendu par la commission d'enquête parlementaire sur l'incident de contamination au Covid-19 d'une chercheuse au laboratoire P3 de l'Academia Sinica (photo CNA)

La semaine dernière, le premier cas local était déclaré à Taiwan depuis plus d’un mois. Le Centre de commandement de lutte contre les épidémies annonçait une enquête pour en savoir plus sur la situation de ce cas apparemment particulier. Le cas, lié au laboratoire de recherche P3 de l’Academia Sinica, a depuis été confirmé comme était une laborantine d’une vingtaine d’années qui a travaillé dans les laboratoires du Centre de recherche génétique de l ‘Academia Sinica.

Ce lundi, le président de l’institution, James Liao (廖俊智), était entendu par une commission de parlementaires pour présenter les premiers éléments de l’enquête.

Durant cette séance le Président a reconnu que le protocole de sécurité n’avait pas été respecté.
Dans ce cadre, cinq mesures de précaution n’ont pas été observées.

  • L’absence de notification conformément aux réglementations de sécurité et de santé selon la procédure du laboratoire lorsque la laborantine a été mordue par une souris
  • L’absence de respect des procédures du laboratoire provoquant une contamination du cadre environnemental comprenant l’interdiction de manipuler les souris de laboratoire en-dehors des cabines de sécurité biologique
  • Le non-respect de la procédure pour retirer la combinaison de protection personnelle en quittant le laboratoire
  • La laborantine infectée, nouvelle au laboratoire, n’a probablement pas suivi correctement la formation complète aux règles de sécurité
  • Le manque de respect des procédures de remontée des incidents au niveau hiérarchique

A propos de l’absence de notification standardisée, selon l’Academia Sinica, la laborantine a rendu compte de l’incident auprès d’un responsable de sécurité biologique, ce dernier a classé l’affaire en incident mineur. mais ni son responsable de laboratoire, ni le responsable de sécurité n’a été informé par elle. A propos de ce point, où tout le monde se contredit, des clarifications sont encore à faire.

Néanmoins par prévention la jeune chercheuse a payé elle-même un dépistage rapide de Covid-19 qui est revenu négatif.

Lors de la seconde morsure à la mi-novembre, suite à l’épisode de la première contamination, la demoiselle n’a pas eu l’impression que rendre compte de cette seconde morsure était nécessaire compte tenu du manque de considération de ses supérieurs.

Suite à ces déclarations, le CECC a demandé à James Liao de lui faire parvenir un rapport d’enquête détaillé avant le 19 décembre prochain.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus