:::

L’impact des tensions en Ukraine sur la production de semi-conducteurs sera inévitable selon l’ITRI

  • 14-02-2022
  • La Rédaction
L’impact des tensions en Ukraine sur la production de semi-conducteurs sera inévitable selon l’ITRI
Semi-conducteurs (image froter)

En raison de l’augmentation des tensions entre la Russie et l’Ukraine, le 1er février dernier, le cabinet américain de consultants spécialisé dans les matières destinées aux produits électroniques et spécialiste de la chaine d’approvisionnement des semi-conducteurs, Techcet, a mis en avant l’impact d’un éventuel conflit sur les matières premières nécessaires à la production des semi-conducteurs. En effet, l’Ukraine et la Russie sont une source importante de palladium (Pd 46), de néon (Ne 10) et du gaz d’hexafluoro-1,3-butadiène (C4F6) qui sont nécessaires à la gravure des semi-conducteurs.

Le directeur de recherche du département international des sciences de production de l’Institut de recherche en technologie industrielle (ITRI), Ray Yang (楊瑞臨), a expliqué récemment dans un entretien avec la presse que le palladium était nécessaire à la production de mémoire vive (NAND flash) et que la Russie et l’Ukraine représentaient 30% du marché. Cependant, Taïwan n’ayant pas d’important développement industriel dans ce domaine, l’impact sera limité.

En revanche, le néon est essentiel à la fabrication des puces électroniques dans le cadre des techniques de lithographie profonde à ultraviolet (DUV) et de lithographie extrême à ultraviolet (EUV). De plus, l’Ukraine fournit dans ce domaine 90% du marché mondial. Un conflit qui influencerait la production et l’extraction de ces gaz, pourrait provoquer une nouvelle pénurie des semi-conducteurs mais aussi une augmentation des prix conséquente sur le court terme.

Ray Yang a expliqué que plusieurs solutions sont à étudier. Le néon ne représentant qu’une faible part dans le coût de revient, la première solution serait de chercher des sources alternatives notamment en Afrique qui en possède. L’autre solution serait de rechercher des processus de gravure alternatifs pour réduire l’impact sur la production.

En ce qui concerne le C4F6, Ray Yang a rappelé que les deux plus grands fournisseurs sont actuellement le français Air Liquide et le groupe américano-allemand Linde qui sont tous deux sur le sol taïwanais et que TSMC et les grandes compagnies de semi-conducteurs, en raison de leur taille, devraient être approvisionnées plus facilement, ce qui ne sera pas forcément le cas des autres compagnies taïwanaises.

Ray Yang a conclu son analyse en expliquant que les grandes compagnies taïwanaises ont travaillé à la résilience de leur chaine d’approvisionnement ces dernières années mais qu’un conflit aussi important en Ukraine les forcerait à trouver des solutions alternatives.

D’autre part, le ministère des Affaires Etrangères demande à ses ressortissants en Ukraine de considérer le rapatriement, bien qu’un de leur représentant avait déclaré récemment, après consultation avec ses paires, qu’ils ne sentaient pas le besoin de quitter l’Ukraine pour le moment.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus