:::

Autodétermination et défense autonome : les camps politiques taïwanais face aux rivalités entre les Etats-Unis et la Chine

  • 21-03-2022
  • La Rédaction
Autodétermination et défense autonome : les camps politiques taïwanais face aux rivalités entre les Etats-Unis et la Chine
Tensions Etats-Unis et Chine (photo Reuters)

L’institut de recherche sur la politique nationale (INPR) a organisé ce lundi un forum au sujet de l’influence du conflit en Ukraine sur la sécurité de Taïwan. Le parti démocrate progressiste (DPP) et le parti nationaliste Kuomintang (KMT) avaient un représentant chacun pour échanger avec les différents chercheurs et présenter la vision politique liée à cet événement majeur de ce début d’année.

Le député du parti au pouvoir le DPP, Lo Chi-cheng (羅致政), a expliqué que selon lui, l’Europe ou l’OTAN assure plus de responsabilité militaire et de sécurité dans cette guerre et que pour cette raison les Etats-Unis pouvaient concentrer plus de ressources dans la région de l’Indopacifique, rendant le rôle de Taïwan encore plus important dans le sillage de concurrence de pouvoir entre les Etats-Unis et la Chine dans la région.

Il a également insisté sur le fait qu’en cas de guerre entre Taïwan et la Chine, les interventions de grands pays dépendront du choix de Taïwan. Si les Taïwanais sont déterminés à se défendre comme les Ukrainiens, alors la communauté internationale pourrait se mobiliser.

Quant au représentant du KMT, directeur du bureau des affaires internationales, Alexander Huang (黃介正), il préfère analyser la situation en privilégiant les meilleurs intérêts pour Taïwan sur ceux de Washington ou de Pékin.

Sa pensée est que Taïwan a besoin d’une stratégie de défense autonome. Les analyses à Taïwan ont pour tendance de discuter de l’après-guerre sans parler de l’affrontement qui aura lieu avant.

En ce qui concerne les signes d’une attaque physique sur Taïwan, Lo Chi-cheng a déclaré que ce genre d’actions n’ont pas lieu sans signe avec les capacités technologiques actuelles. Alexander Huang rejoint cette analyse et ne voit pas la Chine attaquer rapidement sans préparation car « Taïwan n’est pas si faible ».

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus