close
RTI françaisTélécharger l'App
Ouvrir
:::

Taïwan s’inquiète de l’accord de sécurité récemment signé entre la Chine et les îles Salomon

  • 07-04-2022
  • La Rédaction
Taïwan s’inquiète de l’accord de sécurité récemment signé entre la Chine et les îles Salomon
Rencontre, en octobre 2019, entre le Premier ministre de l'archipel des Salomon Manasseh Sogavare et le dirigeant chinois Xi Jinping (Image : AFP)

Le ministère taïwanais des Affaires étrangères a aujourd’hui exprimé son inquiétude au sujet de la récente signature d’un accord de sécurité entre la Chine et les îles Salomon, affirmant que ce dernier menace la sécurité régionale.

L’accord, signé entre Pékin et l’ancien allié diplomatique de Taïwan dans le Pacifique, permet à la Chine d’envoyer, à la demande de Honiara, des officiers de police, du personnel militaire dans l’archipel.

Un accord qui permettrait ainsi à la Chine d’envoyer des forces de l’ordre pour aider le gouvernement salomonien à maintenir l’ordre, une coopération qui existe déjà avec plusieurs pays de la région et notamment avec l’Australie.

Ainsi, lorsque la capitale a été le théâtre de violentes émeutes, l’Australie a été le premier pays à dépêcher, en 24h et à la demande du gouvernement de Manasseh Sogavare, des troupes dans l’archipel.

Avec cet accord, la Chine pourra aussi amarrer des navires de guerre dans les ports salomoniens pour faire le plein de carburant ou de vivres.

Mais l’accord entre Honiara et Pékin a suscité un vif émoi auprès des pays voisins, et en particulier auprès de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande mais aussi d’autres pays de la communauté internationale, qui s’inquiètent de la présence militaire accrue de la Chine dans la région.

La porte-parole de la diplomatie taïwanaise Joanne Ou (歐江安) a déclaré que le ministère était sérieusement inquiet au sujet de l’accord, affirmant que ce dernier menaçait la sécurité régionale et venait mettre à mal le statu quo et la chaîne d’approvisionnement des alliés démocratiques.

Enfin, la porte-parole a appelé les îles Salomon “à ne pas devenir une monnaie d’échange de l’armée chinoise et à ne pas aider la Chine à étendre sa présence militaire dans le Pacifique”.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus