:::

Taïwan rejette la revendication chinoise de souveraineté sur les Spratleys et l'île de Itu Aba (Taiping)

  • 28-04-2022
  • La Rédaction
Taïwan rejette la revendication chinoise de souveraineté sur les Spratleys et l'île de Itu Aba (Taiping)
Vue aérienne de Itu Aba (Taiping en chinois) en 2016 (Image : 行政院海岸巡防署南部地區巡防局, Attribution, via Wikimedia Commons)

La diplomatie taïwanaise a aujourd’hui réagi à des propos tenus hier par le porte-parole du bureau chinois des affaires taïwanaises Ma Xiaoguang (馬曉光), qui a déclaré que les Îles Spratleys (Nansha en chinois), qui comprend l'île d’Itu Aba (en chinois Taiping) administrée par Taïwan, faisaient partie du territoire chinois.

Ma Xiaoguang a ajouté que les îles Spratleys et leurs eaux environnantes étaient incontestablement sous souveraineté chinoise.

Lors d’une conférence de presse régulière qui s’est tenue aujourd’hui, la porte-parole du ministère taïwanais des Affaires étrangères Joanne Ou (歐江安) a d’abord réfuté la déclaration chinoise selon laquelle les deux rives du détroit de Taïwan appartiennent à une seule et même Chine.

Joanne Ou a ensuite « condamné solennellement l’affirmation arbitraire de la Chine selon laquelle la Chine a déclaré, en dépit du droit international et du droit international de la mer, la souveraineté chinoise sur l'île Taiping ».

La porte-parole a affirmé la souveraineté de la République de Chine (Taïwan) sur les Îles Spratleys et notamment sur l'île de Taiping, ainsi que sur les eaux environnantes, avant de rappeler que la présidente Tsai ing-wen (蔡英文) avait proposé, le 19 juillet 2016, le « principe en quatre points et les cinq actions » pour organiser un dialogue conjoint pacifique avec la communauté internationale pour résoudre les problèmes en mer de Chine méridionale.

Joanne Ou a ajouté que les problèmes dans la région devaient « être résolus de façon pacifique et en accord avec le droit international, le droit de la mer et notamment la Convention des Nations unies sur le droit de la mer ».

Elle a également plaidé pour l’inclusion de Taïwan dans les mécanismes multilatéraux de résolution des litiges dans la zone, ajoutant que les pays concernés avaient « le devoir de protéger la liberté de navigation et de survol de la mer de Chine du Sud ».

Enfin, Joanne Ou a déclaré que Taïwan était prêt à travailler avec les pays concernés pour promouvoir la paix et la stabilité en mer de Chine méridionale et pour protéger et exploiter de manière conjointe et sur la base de l’égalité des parties, les ressources de la région.

Notons que les Îles Spratleys sont revendiquées à la fois par la Chine, Taïwan, le Vietnam, les Philippines, la Malaisie et le Brunei, et que Taïwan n’administre de facto que l'île Taiping, occupée depuis 1956 par Taipei mais également revendiquée par Pékin, Manille et Hanoï. L'île de Itu Aba, qui est équipée d’un quai et d’une piste d'atterrissage construits par Taïwan, est située à 1 6200 km de Taïwan et dépend administrativement de la supermunicipalité de Kaohsiung.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus