close
RTI françaisTélécharger l'App
Ouvrir
:::

Rapport final sur le déraillement mortel du train Taroko

  • 10-05-2022
  • La Rédaction
Rapport final sur le déraillement mortel du train Taroko
Accident du Taroko 408 (photo CNA)

La commission d'enquête nationale sur la sécurité des transports a publié aujourd’hui son rapport final sur le déraillement du train Taroko du 2 avril 2021 qui a fait 49 morts et 213 blessés. L'enquête a révélé 47 facteurs directs, indirects et fondamentaux pénalisant la sécurité du train Taroko et cinq anomalies qui ont engendré l’accident tragique. Selon l’ordre chronologique, la commission d’enquête cite cinq anomalies majeures : 1. Un camion transportant des pneus usagés est entré sur le chantier pendant la période d’arrêt. 2. Le camion qui a causé l’accident a calé dans le virage de la pente après avoir déchargé les pneus. 3. Le camion a glissé depuis une route du chantier jusqu’à la voie ferrée. 4. Le train a déraillé après avoir heurté le camion à une vitesse de 123 km/h. 5. Le train a heurté la paroi gauche de l’entrée nord du tunnel Qingshui à une vitesse de 117 km/h.

Conformément à ces anomalies, Lin Pei-da (林沛達), directeur du service ferroviaire de la commission d'enquête nationale sur la sécurité des transports a cité le directeur du chantier, l’entreprise responsable des travaux, l’entreprise de supervision des travaux, la TRA et le bureau des affaires ferroviaires du ministère des Transports comme responsables de cet accident. Ces acteurs ont soit violé les règles de sécurité, soit ont manqué d’assurer le travail de supervision. Lin Pei-da a également souligné qu’il n’était pas normal que le conducteur du train ne soit pas averti de la présence du camion sur le rail. La commission conseille ainsi de mettre en place de détection automatique des objets étrangers sur la voie ou des systèmes de protection pour limiter l'étendue de l'inclinaison lors d’un déraillement du train.

Lin Pei-da précise que la TRA doit revoir son système de vente de billets limitant les places debout : « Dans cet incident, le taux de décès chez les passagers debout est sept fois plus élevé que chez les passagers assis. 71,42% des décès étaient d’ailleurs des passagers debout. Cela démontre que des zones de passagers debout sont plus à risque, autrement dit, la TRA doit reconsidérer son système de vente de billets. »

Lin Pei-da estime que le bureau des affaires ferroviaires du ministère des Transports doit établir des normes minimales de sécurité pour renforcer la protection contre les déraillements et la TRA doit suivre l’exécution des travaux en cours confiés aux entreprises extérieures.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus