:::

Le G7 appelle Pékin à s’abstenir de toute « activité militaire agressive »

  • 04-08-2022
  • La Rédaction
Le G7 appelle Pékin à s’abstenir de toute « activité militaire agressive »
La secrétaire aux médias de la Maison-Blanche Karine Jean-Pierre a confié aux journalistes peu de temps après la publication du communiqué conjoint qu’il n’était en aucun cas justifié pour la Chine de transformer la visite de Pelosi en crise du détroit (Image : Maison-Blanche)

Les pays du G7 et l’Union européenne ont appelé la Chine à s’abstenir de toute « activité militaire agressive » dans le détroit de Taïwan, une déclaration qui intervient alors que l’armée chinoise mène les manœuvres militaires les plus importantes de son histoire autour de l’île de Taïwan.

Des opérations menées en réaction à la visite à Taipei de la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, arrivée dans la nuit du mardi au mercredi et repartie dans la journée.

Les ministères des Affaires étrangères du G7 et le Haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère et sécuritaire ont publié hier un communiqué conjoint pour exprimer leur inquiétude au sujet « des actions menaçantes de la République populaire de Chine (RPC), ajoutant que les exercices à balles réelles et les sanctions économiques annoncées par Pékin risquaient d’entraîner une « escalade inutile ».

Notons que les exercices militaires chinois, annoncés peu de temps après l’atterrissage de Pelosi à Taipei, sont prévus pour durer jusqu’au dimanche 7 août dans six zones proches de Taïwan, dont certaines situés en partie dans les eaux territoriales taïwanaises.

Le communiqué ajoute que la « réponse d’escalade de la RPC risque d’augmenter les tensions et de déstabiliser la région », et qu’il n’est en aucun cas « justifié d’utiliser une visite comme prétexte pour (mener) une activité militaire agressive dans le détroit de Taïwan ». Le texte appelle également la Chine à « ne pas changer unilatéralement le statu quo par la force dans la région ».

La secrétaire aux médias de la Maison-Blanche Karine Jean-Pierre a confié aux journalistes peu de temps après la publication du communiqué conjoint qu’il n’était en aucun cas justifié pour la Chine de transformer la visite de Pelosi en crise du détroit ou d’utiliser cette visite comme un prétexte pour accroître son activité militaire agressive dans ou autour du détroit de Taïwan.

Enfin, la présidente taïwanaise Tsai Ing-wen (蔡英文) a remercié le G7 pour son soutien via Twitter, ajoutant que « Taïwan restait engagé à défendre le statu quo et la démocratie si difficilement gagnée ».

Notons qu’à la suite du communiqué du G7,  Pékin a annulé la rencontre de son ministre des Affaires étrangères Wang Yi avec son homologue japonais Yoshimasa Hayashi, initialement prévue en marge des réunions des chefs de la diplomatie de l’ASEAN qui se déroule au Cambodge.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus