close
RTI françaisTélécharger l'App
Ouvrir
:::

Un documentaire sur la mort d'un ours noir formosan offre une réflexion sur la coexistence entre animaux et humains

  • 26-01-2023
  • La Rédaction
Un documentaire sur la mort d'un ours noir formosan offre une réflexion sur la coexistence entre animaux et humains
Un documentaire sur la mort d'un ours noir formosan offre une réflexion sur la coexistence entre animaux et humains (Image : CNA)

Le Bureau des affaires forestières, qui dépend de la commission ministérielle de l'agriculture, a sorti en décembre 2022 un documentaire intitulé « La mort d'un ours noir formosan - 711/568 Histoire dans ce monde ». 

Le film retrace en détail comment un ours noit formosan, une espèce endémique de Taïwan menacée d'extinction, a d'abord été secourue dans la montagne de Dongmaoshan à Taichung, après avoir été pris dans un piège; mais aussi comment il a été relâché dans la nature après avoir été soigné, avant d’être abattu par balle une fois pris dans un piège, quelques jours plus tard seulement . 

La semaine dernière, le documentaire a été projeté dans l'école primaire de Dili, dans la commune de Xinji, pour sensibiliser les enfants à la biodiversité et pour offrir une réflexion sur la manière dont les humains et les animaux sauvages peuvent coexister.

Song Guang-hui (松光輝), l'ancien chef de la tribu locale des Damaluan, qui a assisté à la projection, a déclaré que traditionnellement, le peuple Bunun avait une bonne relation avec les ours noirs formosans, et que tuer ou blesser un de ces animaux était considéré comme pouvant attirer la malchance sur la famille.

Song Guang-hui a aussi déclaré qu'à l'époque, lorsque le bureau des affaires forestières s'était rendu sur place, dans le village aborigène, pour expliquer que l’ours noir serait relâché dans la zone montagneuse de Danda, il était encore chef du village, et que la mort de l'animal avait ainsi beaucoup attristé la population locale.

Lee Cheng-hsien (李政賢), directeur du Bureau de gestion des forêts du comté de Nantou, a précisé que le piège dans lequel avait été pris l'ours avait été installé par un vieux chasseur aborigène qui enseignait à des jeunes chasseurs les techniques de chasse traditionnelle.

Lee a affirmé que la chasse, telle qu'elle est pratiquée par les autochtones de Taïwan, fait partie de leur héritage culturel, avant de rappeler que si un animal sauvage tombe malencontreusement dans un piège par accident, le poseur de piège pouvait appeler un numéro spécial (0800-000-930) pour rapporter l'incident, sans risque de sanction.

Lee a aussi déclaré que les vieux pièges à sangliers, faits de lassos pendus, pouvaient être changés gratuitement par des équipements nouvelle génération qui ont été développés pour attraper uniquement des sangliers, sans risque de piéger ou de blesser des ours qui ont des pattes plus grosses.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus