close
RTI françaisTélécharger l'App
Ouvrir
:::

Un policier condamné pour atteinte à la liberté personnelle suite à une interpellation violente en 2021

  • 02-02-2023
  • La Rédaction
Un policier condamné pour atteinte à la liberté personnelle suite à une interpellation violente en 2021
La police avertissant les voyageurs à destination du Cambodge des pièges d'arnaque (photo, CNA)

Un policier de l'arrondissement de Jhonli, à Taoyuan, a été condamné hier suite à un incident de 2021 lors duquel il avait jeté une femme à terre avant de la menoter après que cette dernière avait refusé de coopérer à un contrôle d'identité.

Le policier, un dénommé Yeh (葉), a été condamné par le tribunal de Taoyuan pour coercition par un représentant de l'autorité publique à quatre mois de prison commuable en une amende de 1000 dollars taïwanais (environ 30 euros) par jour, et a aussi écopé d'une peine de six mois non commuable pour violation de la liberté personnelle par un représentant de l'autorité publique. Le policier peut encore faire appel de la décision du tribunal.

L'incident remonte au 22 avril 2021 lorsque la victime, une professeure de musique du nom de Chan Hui-ling (詹慧玲), avait été interpellée par le policier en marchant près de la gare de Jhongli. Ce dernier avait voulu procéder à un contrôle d'identité en demandant son nom, son adresse et une pièce d'identité.

Lorsque Chan avait demandé pourquoi elle était interrogée, l'officier de police avait répondu que quelqu'un « craignait qu'elle n'ait été portée disparue », supposant apparemment que Chan était une immigrante en situation irrégulière. Une dispute avait alors éclaté entre Chan et le policier, et des passants avaient filmé la scène dans laquelle Yeh jetait Chan a terre pour la menotter et l'arrêter pour « entrave à agent » tandis que cette dernière criait.

Le tribunal de Taoyuan a jugé, sur la base de l'article VI du Police Power Exercise Act (警察職權行使法), que le policier n'avait pas de raison valable pour demander la pièce d'identité de Chan. Les juges ont egalement estimé que les actions de Yeh consistant à empêcher la femme de quitter les lieux en l'enmenant au poste de police pour confirmer son identité constituaient une violation grossière de sa liberté personnelle.

Le tribunal a aussi jugé que Yeh avait franchi la limite de ses pouvoirs en jetant Chan au sol pour la menotter, et que ces actions avaient non seulement blessé physiquement la victime mais aussi affecté sévèrement la confiance de la population envers la police.

Vos commentaires

Derniers articles de cette catégorieplus