Vers des essais cliniques d’un traitement expérimental pour la fibrose pulmonaire

  • 05-03-2021
Fibrose musculaire (tomographie, source Wikimedia Commons)

Une équipe de recherche de l'Université nationale Yang Ming Chiao Tung de Taiwan (NYCU) a transféré la technologie de son traitement expérimental de thérapie par cellules souches pour la fibrose pulmonaire à deux sociétés de biotechnologie, marquant un premier pas vers le début des essais cliniques.

Dirigée par Fu Yu-show (傅毓秀), professeur à l'Institut universitaire d'anatomie et de biologie cellulaire, l’équipe de recherche a d'abord travaillé sur le prélèvement de cellules souches depuis le liquide du cordon ombilical afin de les greffer dans des poumons atteints de fibrose. Cette approche thérapeutique prometteuse a été publiée dans la revue médicale internationale Theranostics il y a plus d’une année déjà. Et c’est justement l’aspect prometteur d’une telle thérapie par les cellules souches transplantées dans le poumon atteint qui a attiré plusieurs sociétés spécialisées dans les biotechnologies. L’université a récemment accepté de transférer sa recherche expérimentale à deux labos taiwanais pour engager le volet des tests cliniques, lesquels seront donc confiés à Fuhwasheng Regenerative Medicine Co. et Taiwan Bio Therapeutics Co.

Au cours du processus de recherche, les chercheurs ont découvert que les cellules souches ombilicales transplantées dans les poumons de souris atteintes de la maladie présentaient un excellent taux de survie. Non seulement les souris malades survivaient, mais en plus, après la greffe de cellules souches, elles se sont mises à sécréter des hormones de croissance capables de réduire l'inflammation dans le poumon atteint de fibrose.

Il s’agit-là d’une constatation d’effets anti-inflammatoires, donc qui peut soulager le patient, (en l’occurence la souris, dans la recheche en labo) Mais l’équipe a analysé plus en amont les résultats et modifications apportées par la transplantation. La professeur Fu Yu-show a notamment souligné que cette nouvelle approche thérapeutique testée sur les souris de laboratoir a également permis de mettre en évidence que les cellules souches ombilicales greffées sur le poumon atteint de fibrose ont favorisé la dégradation du collagène (une protéine du tissu cicatriciel) tout en stimulant la régénération des alvéoles, c’est-à-dire des minuscules sacs dans les poumons responsables de l'apport d'oxygène. Les souris ayant reçu la thérapie ont présenté une saturation en oxygène sanguin plus élevée et des fréquences respiratoires plus faibles, indiquant une respiration plus profonde et moins tendue.

 

Animateur(s) de l’émission

Vos commentaires