:::

Radio Taiwan InternationalUn vol en classe économique fait démissionner le directeur du bureau des sports taiwanais

  • 21-07-2021
Décryptage
Les JO de Tokyo débuteront officiellement le 23 juillet 2021 (Image : AFP)

Alors que la délégation taiwanaise est arrivée en début de semaine sur le sol japonais pour participer à des Jeux Olympiques dans des conditions particulières avec la situation pandémique mondiale de Covid-19, certains athlètes ont commenté le fait qu’ils voyageaient en classe économique. Un fait qui semble anodin mais qui provoquera un effet papillon chez les internautes et les médias taiwanais.

En tête de cette esclandre médiatique, la joueuse de badminton star taiwanaise, actuelle numéro un mondiale au classement BWF, Tai Tzu-ying (戴資穎), qui a publié à son atterissage au Japon un message accompagné d’une image sur ses comptes de réseaux sociaux où elle déclarait regretter la classe affaires d’Eva Air.

Un message qui aurait pu en rester là si le climat politique n’était pas si tendu avec la situation locale à Taiwan de Covid-19. Les internautes et les médias ont donc repris la nouvelle pour mettre face à ses responsabilités le gouvernement. En effet, le gouvernement avait déclaré plusieurs fois, que ce soit la présidente, le Directeur général du bureau des sports du ministère de l’Education ou encore d’autres membres du gouvernement, offrir la classe affaires à l’ensemble des athlètes et accompagnants pour cette compétition.
Et c’est sur ce point que l’affaire a pris des proportions bien plus importantes allant jsqu’à l’annonce hier de la démission du Directeur général du bureau des sports du ministère de l’Education, Chang Shao-hsi (張少熙) et les excuses directes de la présidente et du vice-président de la République. D’autres membres du gouvernement ont également fait leurs excuses comme le Premier ministre ou encore le ministre de l’Education Pan Wen-chung (潘文忠).

Suite au dépôt de démission, le Premier ministre Su Tseng-chang (蘇貞昌) a tempéré la demande de Chang Shao-hsi et a demandé au ministère de l'Education et au bureau des sports de donner la priorité à la prise en charge des athlètes et à la gestion des activités sportives jusqu’à la fin des Jeux Olympiques. Une fois la compétition terminée, le ministère de l'Education et le bureau des sports devront soumettre un rapport pour examen.

C’est lors des Jeux Olympiques de Rio en 2016, et une annonce de l’augmentation du budget dédié aux sports de 10%, que la présidente de la république, Tsai Ing-wen (蔡英文), avait annoncé que les délégations sportives voleraient désormais en classe affaires pour les grands événements internationaux évoquant la nécessité des athlètes à être en pleine forme dès leur arrivée sur les lieux de compétition. Elle avait d’ailleurs directement mis en œuvre ses paroles en faisant voler en classe affaires les athlètes participant aux Jeux de Rio. C’était exactement il y a 5 ans, le 21 juillet 2021.

Néanmoins la situation pandémique et la taille de la délégation de cette année, composée au total de 134 personnes se déplaçant à Tokyo, dont 66 athlètes, ont fait que les responsables avaient opté pour une solution sanitaire où les athlètes, avec l’obligation sanitaire d’être espacés correctement, devaient se retrouver en classe économique. Le bureau des sports a également expliqué plus en détails la situation expliquant que le vol de China Airlines arrangé pour la délégation, airbus A330 ne contenait que 36 places en classe affaires et ne pouvait contenir l’ensemble des personnes se rendant à la compétition.

La plus grosse erreur des organisateurs, d’après le message d’excuses publié sur le compte facebook de Tsai Ing-wen, aurait été de ne pas avoir bien communiqué avec les athlètes. Dans ce message, la présidente en va même à s’autocritiquer en disant qu’une organisation aussi négligée montrait le peu de considération présenté envers les athlètes représentant le pays ce qui est, selon elle, profondément regrettable. »

À la suite de ces annonces, le premier ministre a déclaré ce mercredi que les athlètes et accompagnants qui n’avaient pas encore pu se rendre à Tokyo voleront tous en classe affaires et que les retours se feront également en classe affaires pour tout le monde.

Pour aller un peu plus loin mais aussi pour le débat, même s’il est vrai que Tsai Ing-wen avait promis de fournir une classe affaires pour tous les événements internationaux, elle avait aussi précisé les raisons d’une telle décision, pour que les athlètes ne soient pas influencés par la fatigue du voyage. Dans le cadre de ce vol, cela n’aura pas influencé la fatigue des athlètes en 3 heures et 15 minutes. L’autre analyse veut aussi que le message de Tai Tzu-ying n’était pas forcément destiné à se plaindre directement puisqu’elle a seulement évoqué que la classe affaires d’EVA air lui manquait. Son père ayant cependant repris le buzz rapidement après pour expliquer qu’ils avaient volé toute l’année en classe affaires pour des tournois moins importants que celui-là tout en expliquant que s’ils avaient été informés plus tôt, les athlètes auraient pris des dispositions eux-mêmes pour réserver leur billet.
Pour clôturer cette histoire et montrer que Tai Tzu-ying n’avait pas forcément l’intention que ce message aille si loin, une fois arrivé à son hôtel elle a remercié les cadres de la délégation d’avoir pensé à la distance entre l’hôtel et le lieu de compétition. Elle expliquait qu’alors que le village olympique était à plus de 50 minutes du gymnase, l’hôtel était à moins de 10 minutes à pied ce qui lui permet de pouvoir se rendre rapidement sur place sans se fatiguer. Mais ce message n’est pas si anodin qu’il n’en a l’air. L’athlète avait en fait révélé que ce besoin de confort avait peut-être joué à son avantage pour obtenir son classement actuel en août 2018. Dans un message public sur son compte facebook elle commentait le fait qu’au début de l’année elle avait dû être très insistante avec les officiels pour obtenir de se loger proche du lieu d’une compétition qui avait lieu en Indonésie. En janvier, elle n’avait pas eu de retour concernant cette requête. Plus tard, en avril, lors d’une réunion rassemblant les membres de l’équipe nationale, elle insista de nouveau sur le problème du logement lors des déplacements. Elle expliquait dans son message d’août qu’une fois la compétition arrivée en juin, personne n’avait rien fait et que quand les organisateurs s’étaient rendu compte de l’erreur tactique, il était trop tard, tous les hôtels bien situés étaient pleins. Elle avait également évoqué que ce genre de traitement était quelque chose de très basique et intégré pour les autres équipes et qu’elle aimerait un peu plus de considération pour les athlètes et leurs besoins les plus primaires, qui sont le repos et la nourriture.
C’est avec ce message et cette vue plus grande qu’on se rend compte qu’il y a un passé, et ce qui semble, vu de l’extérieur, comme quelque chose de disproportionné, possède un historique de plusieurs années menant, finalement, à la démission du directeur général du bureau des sports. Mais pour conclure sur une note plus positive, espérons que la tactique de la numéro 1 mondiale de badminton jouera en la faveur des athlètes taiwanais dont la compétition commence ce weekend, et que leurs résultats seront au rendez-vous peu importe la discipline.

Animateur(s) de l’émission

Vos commentaires