:::

Radio Taiwan InternationalChine ou Taiwan ? Au Honduras, la nouvelle administration semble faire marche arrière

  • 03-12-2021
Décryptage
Xiamara Castro, la candidate favorite à l'élection du 28 novembre prochain qui représente le Parti Liberté et refondation (Libre), a annoncé vouloir reconnaître Pékin si elle est élue à la tête de l’Etat (Image : AFP)

Moins d’une semaine après l'élection présidentielle au Honduras, le vent semble avoir tourné pour Taiwan.

Lors de la campagne présidentielle, la candidate du parti Liberté et refondation (Libre) avait affirmé qu’elle établirait immédiatement des relations diplomatiques et commerciales avec la Chine si elle était élue, une décision qui impliquerait automatiquement, en raison de la politique d’une seule Chine prônée par Pékin, une rupture des relations avec Taiwan.

Ces propos avaient donc provoqué l’affolement à Taïwan, qui ne dispose plus que de 15 pays alliés dans le monde dont une bonne partie dans la région Amérique centrale/Caraïbes. Et le Honduras est un des plus anciens alliés diplomatiques de Taiwan avec 80 ans de relations bilatérales.

Au début, face à une gauche divisée, le candidat du Parti national, parti au pouvoir pro-Taiwan, Nasry Asfura, semblait être le candidat favori face à Xiaomara Castro, épouse de l’ancien président Manuel Zelaya, renversé en 2009 par un coup d’Etat soutenu par le président actuel Juan Orlando Hernandez qui fut ensuite élu quelques années plus tard, en 2013.

Mais le retrait de la course du candidat du Partido Salvador de Honduras, Nasralla, qui a finalement choisi de soutenir Xiaomara Castro, a permi à cette dernière de gagner l'élection avec une forte marge, récoltant 52 % des voix contre 35 % pour Nasry Asfura et 9 % pour Yani Rosenthal du Parti libéral.

La victoire a rendu le gouvernement taiwanais fébrile, lui faisant enchaîner les déclarations. Aujourd’hui encore, le ministère des Affaires étrangères se disait optimiste au sujet des relations avec le Honduras.

On rappelle d’ailleurs qu'à la mi-novembre, en pleine campagne électorale, le président hondurien a emmené une importante délégation en visite officielle à Taïwan, une visite vue comme la dernière du règne de Hernandez avant la victoire de Xiaomara et l’incertitude du futur des relations bilatérales.

Mais Taiwan a été un des premiers pays à féliciter Xiaomara Castro pour sa victoire, ce même avant l’annonce des résultats officiels. Ce à quoi la nouvelle présidente a publié un tweet de remerciement adressé à la présidente Tsai Ing-wen.

Un acte peut-être insignifiant, mais qui s’est accompagné de plusieurs déclarations venant du camp de Xiaomara Castro et visant à tempérer ses propos sur l’établissement des relations avec Pékin envisagé par la candidate.

Animateur(s) de l’émission

Vos commentaires