:::

Un four en terre frugal en énergie

  • 08-11-2022
Les joies de l'éco-construction
Ce four a été construit en mode chantier participatif © Sasa
Les joies de l'éco-construction
La construction s’est déroulée dans la champagne de Yilan © Sasa
Les joies de l'éco-construction
En plus de la pratique, Emma Liao a aussi parlé de théorie ! Quand on peut l’appliquer directement dans la construction du four, c’est moins abstrait que dans une salle de classe ! © Sasa
Les joies de l'éco-construction
Nous nous apprêtons à placer la clé de voûte du four ! Il s’agit de cette pièce de terre triangulaire, qu’il faut retourner tout en haut du four © Sasa
Les joies de l'éco-construction
Les joies de la barbotine ! © Sasa
Les joies de l'éco-construction
Ce qu’Emma appellee la 3e couche, c’est tout simplement les mottes de terre mélangée à du sable et de la paille, cela permet notamment de relier les adobes entre elles et de sculpter la forme du four que l’on souhaite © Sasa
Les joies de l'éco-construction
Ce bois provenait justement des restes du bois utilisé pour construire les toilettes sèche et la douche (dont l’eau chauffe grâce à la fumée de la cuisinière au feu de bois !) © Sasa
Les joies de l'éco-construction
Des morceaux de bois ont été encastrés dans la couche d’isolation © Sasa
Les joies de l'éco-construction
On voit très bien sur cette photo la couche isolante en train d’être montée sur la couche de masse thermique © Sasa
Les joies de l'éco-construction
Emma Liao © Sasa
Les joies de l'éco-construction
© Sasa
Les joies de l'éco-construction
La terre s’accroche plus qu’elle ne colle, c’est la raison pour laquelle il faut faire des trous : cela permet aux mottes de terre de se fixer entre elles © Sasa
Les joies de l'éco-construction
Dans la 2e couche (isolante), des morceaux de bois ont été encastrés, ainsi que dans le socle © Sasa
Les joies de l'éco-construction
Les adobes avaient été préparées à l’avance car elle devaient sécher au préalable © Sasa
Les joies de l'éco-construction
On voit la différence des matériaux pour les différentes couches : à gauche, la masse thermique, qui contient aussi des graviers, à droite, la troisième couche (ou celle qui relie le four à la cuisinière au feu de bois), qui contient de la paille © Sasa
Les joies de l'éco-construction
Pour la deuxième couche, isolante, il n’y avait pas de sable, la terre a été mélange à de la sciure de bois, la texture est très agréable ! © Sasa
Les joies de l'éco-construction
© Sasa
Les joies de l'éco-construction
Pour transporter les mottes de terre, le plus rapide, c’est l’entraide ! © Sasa
Les joies de l'éco-construction
Travailler la terre est certes fatiguant, mais aussi un moment joyeux ! © Sasa
Les joies de l'éco-construction
Pour aller plus vite et pour mélanger les graviers à la terre, la bétonnière était utile ! © Sasa
Les joies de l'éco-construction
Préparation des matériaux, il faut fouler la terre pour la mélanger à la paille © Sasa
Les joies de l'éco-construction
Emma Liao, animatrice de l'atelier, qui montre le modèle de champignon que la propriétaire veut pour son four © Sasa

Il y a autant de fours en terre que de personnes qui en construisent, car chacun le fait à sa manière ! Sasa vous emmène sur un chantier d'Emma Liao, du collectif Toudei : forte de son expérience de construction d'une soixantaine de fours, Emma a tiré les leçons de ses réussites et de ses erreurs, pour réaliser un design frugal en énergie. Dans cet épisode, vous découvrirez les particularités de ce four !

 

Page FB du collectif 野地森活 – TOUDEI

Wiki du low tech lab sur la construction d'un four en terre crue 

Animateur(s) de l’émission

Vos commentaires